Pièces de rechange +
Service Après-Vente
5% sur le deuxième article ajouté au panier
Livraison Gratuite +
En stock

MOTOBINEUSE – GUIDE D’ACHAT

Le Guide pour s’orienter vers le choix de la Meilleure Motobineuse
Rédigé par de vrais Experts des Machines pour le Travail et l’Entretien du Terrain

Ceux qui possèdent un petit bout de terre (comme un potager ou un jardin) savent à quel point il est pénible de préparer le terrain pour les plants et les semis, d’éliminer les obstacles comme les racines et d’assouplir le terrain.

Dans le temps, pour travailler et préparer la terre avant de semer, on utilisait des bêches ou des pioches (et beaucoup de sueur !). Aujourd’hui, la majeure partie de cet effort peut être évité en utilisant la motobineuse.

La motobineuse effectue le travail de binage en érodant la couche superficielle de la terre et en la transportant en petites mottes mélangées et stratifiées. Le travail effectué à travers la casse de la croûte supérieure du terrain rend la terre finement broyée et bien aérée, prête à être cultivée.


    1. Comment fonctionne la motobineuse

Le mouvement de la motobineuse est généré par les fraises, c’est-à-dire par un essieu relié au moteur sur lequel sont fixées des « dents » (ou des binettes rotatives).

Les fraises, en tournant et en pénétrant en profondeur dans le terrain, permettent l’avancement de la motobineuse et cassent les mottes, en retournant la terre et les racines.

La motobineuse est manœuvrée pendant l’utilisation à travers le guidon – constitué d’une paire de mancherons – sur lesquels se trouvent les leviers de commandes.


    2. Les différentes typologies

La principale distinction qui caractérise une motobineuse est le type d’alimentation :

  • Électrique
  • À Batterie
  • Termique
    – Essence
    – Diesel

Nous approfondirons ensuite chaque typologie dans le détail. Pour l’instant, limitons-nous seulement à souligner que, si d’un côté les motobineuses avec une alimentation électrique ou à batterie représentent le choix le plus économique, de l’autre côté cette économie s’oppose au niveau de performances, sans aucun doute limité (elles peuvent seulement travailler sur des terrains souples ou bien effectuer des petites opérations d’entretien dans le potager ou dans le jardin).

Notre intention n’est pas de décrédibiliser les outils alimentés à électricité ou à batterie : nous pensons qu’il est juste de le faire avec les motobineuses, mais pas avec tous les autres produits (comme par exemple les débroussailleuses ou les tondeuses) qui, en revanche, même s’il sont alimentés par un moteur électrique ou à batterie, se révèlent être de très bons produits, en mesure d’offrir d’excellentes performances.

C’est pour cette raison que, si vous devez affronter un travail de binage important qui exige l’utilisation d’un outil solide, consistant et fiable, notre conseil est sans aucun doute de choisir une motobineuse thermique (essence ou diesel).

Dans le prochain chapitre, nous verrons quel’une des principales caractéristiques qui jouent en faveur des motobineuses thermiques est sans aucun doute le poids.


    3. Le poids de la motobineuse

Une motobineuse, pour être vraiment polyvalente, ne peut pas être légère.

Le poids d’une motobineuse est directement lié à la puissance du moteur (en termes de nombre de chevaux et de cylindrée) et à la largeur des fraises : plus ces données seront élevées, plus il sera facile de pénétrer dans le terrain et de travailler sans que l’usager doive faire un effort excessif.

Ceux qui pensent qu’une motobineuse légère facilite le travail de l’usager commettent une grande erreur !

Un outil trop léger est inconsistant et la carence de force et de pression de la machine – nécessaires pour réussir à bien entrer dans la terre et obtenir un bon travail de binage – doit être inévitablement compenséé par l’effort physique de l’usager.

Donc plus la machine est petite et légère, plus grand sera l’effort à fournir par l’usager.

Effort excessif de l’usager pour exercer le pression sur la motobineuses

En revanche une motobineuse lourde, pénètre plus facilement dans la terre et travaille mieux, pénétrant plus en profondeur. Si nous voulions penser à la motobineuse idéale, nous devrions nous tourner vers celle qui réussit à se déplacer toute seule et qui n’a pas besoin de la pression exercée par l’opérateur.


    4. Les motobineuses électriques

Les motobineuses électriques sont conseillées pour les petits travaux de binage sur terrains souples et plutôt circonscrits, déjà cultivés et défrichés.

Elle ont sans aucun doute l’avantage d’avoir une fraise à la largeur très réduite qui permet de pouvoir travailler sur des petites zones où les autres typologies de motobineuses ne peuvent pas intervenir (comme par exemple les allées, les contours des plantes etc.). En outre, comme nous l’avons déjà mentionné, elles ont un prix très intéressant (on trouve même des modèles à moins de 100€).

Du point de vue de l’alimentation, s’il est vrai que d’un côté elles n’ont besoin d’aucun type de carburant, il est aussi vrai qu’il faut prendre en compte les éventuels problèmes liés à l’utilisation du fil d’alimentation : en plus d’avoir besoin de la présence proche d’une prise électrique, le fil pourrait gêner l’opérateur ou être “aspiré” par la fraise.


    5. Les motobineuses à batterie

Motobineuse à batterie Greenworks 40 V

Les motobineuses à batterie sont comparables par leur typologie d’utilisation à celles électriques (bien qu’en moyenne elles aient un coût supérieur) et doivent donc être considérées comme des appareils adaptés exclusivement à une utilisation limitée ou de niveau hobby.

Elles n’ont pas besoin d’être branchées à la prise de courant ni d’aucun type de carburant, car elles sont alimentées par une ou plusieurs batteries au lithium rechargeable. Elles n’ont donc pas besoin de l’entretien typique des moteurs thermiques comme le changement d’huile, de filtre, de bougie etc.

Les motobineuses à batterie représentent sans aucun doute une solution « verte » avec zéro émissions ; en outre, elles génèrent moins de vibrations et résultent plus silencieuses par rapport à celles avec un moteur thermique. Pour être sûrs d’acheter un produit adapté à vos exigences, il faut évaluer deux facteurs importants par rapport à la batterie : la puissance (qui dépend du voltage) et son autonomie en termes de durée de la charge qu’elle est en mesure de garantir (qui dépend de l’ampérage).

En ce qui concerne les motobineuses électriques mais aussi celles à batterie, nous tenons à vous rappeler le concept selon lequel un produit léger et économique ne doit pas générer de faux espoirs d’utilisation et de résultats.


    6. Les motobineuses thermiques

Les motobineuses thermiques représentent la catégorie de produits la plus adaptée pour effectuer des travaux de binage d’une certaine importance. Aujourd’hui les motobineuses les plus diffusées sont celles à essence, même si celles alimentées au diesel permettent de consommer moins de carburant et offrent une durée de vie plus importante. C’est pourquoi ceux qui recherchent une motobineuse professionnelle ont tendance à s’orienter vers une motobineuse diesel, plus encore si elle est de série lourde.

Les motobineuses thermiques (qu’elles soient à essence ou à diesel) sont sans aucun doute les plus puissantes ; leur puissance est l’expression directe de la combination d’une série d’éléments comme :

  • Le nombre de chevaux (cv/hp)
  • La cylindrée du moteur (cm3/cc)
  • Le type de transmission (meilleur s’il est à engrenages, comme nous le verrons ensuite)
  • Le poids

Une puissance majeure se traduit presque toujours par un plus grand confort / plus de facilité d’utilisation de la motobineuse et par des performances plus élevées.
Par rapport à celles électrique ou à batterie, il faut cependant souligner que les motobineuses thermiques ont besoin de quelques interventions d’entretien (comme le remplacement des bougies, du filtre, de l’huile etc.).


    6.1 Motobineuses essence

Comme nous l’avons déjà mentionné, les motobineuses à essence représentent la typologie la plus diffusée sur le marché. Elles sont toutes équipées de moteur à 4 temps (les vieux moteurs à 2 temps qui fonctionnent à mélange sont désormais en train de disparaître du marché à cause de leur courte durée de vie et de leur puissance) et, en fonction des caractéristiques, elles peuvent être adaptées au travaux sur des terrains plus ou moins défrichés.

Il en existe vraiment de tous types, que ce soit en termes de poids (série légère, moyenne et lourde) ou de dimensions (de très petites à grandes).
En fonction des caractéristiques recherchées, une motobineuse à essence peut représenter un très bon choix pour ceux qui doivent en faire une utilisation de niveau hobby (donc pour l’usager qui a des exigences plutôt limitées) comme pour ceux qui sont à la recherche d’une machine plus professionnelle.

En général, nous pouvons trouver les associations suivantes de transmission et de vitesses :

  • Série légère ➡ Transmission par courroie | 1 seule vitesse.
  • Série medium ➡ Transmission par courroie ou à engrenages | 1 ou 2 vitesses (+ marche arrière).
  • Série lourde ➡ Transmission à engrenages à bain d’huile | 2 ou 3 vitesses (+ marche arrière).
Motobineuses à essence de série légère, medium et lourde

Celles de série lourde méritent un petit approfondissement : étant toutes équipées de transmission à engrenages à bain d’huile – sans aucun doute la meilleure possible – elles résultent particulièrement adaptées pour les travaux de binage de type professionnel, même sur des terrains durs jamais défrichés.

Nous traiterons donc le thème de la transmission et des vitesses dans les chapitres suivants.


    6.2 Motobineuses diesel

Les motobineuses diesel sont généralement de série lourde avec une transmission entièrement à engrenages à bain d’huile (les mêmes avantages décrits dans le paragraphe précédent valent dans le cas présent) et rentrent de droit dans la catégorie des motobineuses.

Généralement, le moteur diesel est un choix conseillé pour ceux qui ont besoin d’une machine conçue pour durer dans le temps malgré une utilisation intensive, et pour ceux qui ont besoin d’un instrument de travail toujours prêt à l’emploi, même après de longues périodes d’inactivité. Parmi tous les avantages de ce type de moteu, il faut souligner une plus grande consommation par rapport au moteur à essence.

La motobineuse diesel représente un choix “obligatoire” pour tous ceux qui doivent effectuer des travaux intenses , même sur des terrains vastes, durs et jamais cultivés pour tous ceux qui veulent effectuer un achat orienté vers la qualité, la robustesse et la durée dans le temps.


    7. L’importance de la transmission

Le type de transmission d’une motobineuse (c’est-à-dire la technologie de transfert de la puissance générée par le moteur à la fraise) est un élément caractérisant et distinctif du niveau de la machine (hobby ou professionnelle). La transmission peut être à courroie ou à engrenages.


    7.1 À courroies

La transmission à courroie est présente surtout sur les motobineuses de série légère et medium et supporte un niveau d’utilisation moyen-bas. Nous pouvons trouver différentes combinaisons de transmission à courroie, dans lesquelles la transmission du moteur au calage est toujours à courroie tandis que varie celle du calage aux fraises :

  • À courroie ou à vis sans fin
  • À courroie et à chaîne
  • À courroie et à engrenages


    7.2 À engrenages à bain d’huile

Transmission à engrenages à bain d’huile

Comme nous l’avons déjà souligné, la transmission entièrement à engrenages à bain d’huile est la plus robuste et est universellement reconnue comme la meilleure pour la construction d’une motobineuse.

C’est la plus vieille typologie de transmission, mais en même temps la plus solide et la plus structurée.

Elle supporte de longues sessions de travail même sur des terrains plus durs et peu (ou pas du tout) cultivés et représente une caractéristique distinctive des motobineuses professionnelles.


    8. Les vitesses

Le nombre de vitesses d’une motobineuse en détermine la polyvalence et la puissance.

Les petites motobineuses sont uniquement à une vitesse (elles ont donc seulement la marche avant), tandis que les motobineuses les plus grandes et les plus structurées peuvent avoir jusqu’à 3 marches avant + 1 marche arrière.

Dans le tableau suivant, nous essaierons de schématiser au mieux les différentes combinaisons existantes en prenant en considération les dimensions de la motobineuse, le nombre de vitesses et le type de transmission :

DIMENSIONS MOTOBINEUSEVITESSES TRANSMISSION
Petite1 vitesseÀ courroie
Moyenne/petite1 vitesse + 1 marche arrièreÀ courroie
Moyenne2 vitesses + 1 marches arrièresÀ courroie / à engrenages
Grande3 vitesses + 1 marches arrièreÀ engrenages


    9. Les fraises

Le nombre de fraises détermine la largeur de travail de la motobineuse tandis que leur diamètre détermine la profondeur que la machine est en mesure d’atteindre.

Les fraises de largeur réduite (inférieures à 40-50 cm) permettent de passer assez facilement entre les rangs et d’opérer dans des endroits difficiles, tandis que les fraises de largeur supérieure (jusqu’à 100 cm) permettent de travailler efficacement sur une plus grande superficie et avec un seul passage.

Les fraises peuvent varier en fonction de :

  • Nombre d’éléments ➡ généralement ils sont 2 ou 3 de chaque côté, si on ne veut pas réduire la largeur totale, il est possible d’enlever les éléments externes.
  • Consistance ➡ elle dépend du type de vitesses/transmission et du poids de la machine : plus la transmission sera résistante et/ou plus la machine sera lourde, plus sa consistance et donc les fraises seront majeures.

En outre, nous trouvons des fraises plus professionnelles – qui sont généralement appliquées sur des machines moyennes et lourdes équipées de transmission à engrenages – avec un axe central en tube hexagonal (et non circulaire comme celui des machines avec transmissions à courroies) : cette typologie de fraises représente sans aucun doute la solution la plus solide (et durable) possible.


    10. Le moteur

Toutes les motobineuses professionnelles sont dotées d’un moteur produit par des marques professionnelles connues au niveau mondial comme Honda, Briggs&Stratton, Lombardini, etc. L’avantage principal d’une motobineuse équipée d’un moteur de qualité est sans aucun doute sa fiabilité.

En revanche, lorsque nous nous trouvons face à des moteurs qui portent le nom du même producteur de la machine (comme par exemple McCulloch, Hyundai, etc.), nous devons être conscients qu’il s’agit des moteurs absolument chinois, c’est-à-dire des moteurs économiques à mettre tous au même niveau.

Mais voyons quelles sont les meilleurs moteurs pour une motobineuse :

  •     Honda

Le moteur Honda (sans aucun doute l’un des producteurs japonais les plus connus) est une garantie en ce qui concerne les motobineuses à essence de série moyenne et lourde et représente une référence absolue en termes de qualité et de fiabilité, encore mieux si nous l’associons à une transmission Made in Italy.

  •     Briggs&Stratton

Les moteurs Briggs&Stratton sont de fabrication américaine et garantissent un fonctionnement optimal et durable pendant plusieurs années. Ils se trouvent principalement sur les petites et moyennes motobineuses à essence avec transmission par courroie.

  •     Kohler

Les moteurs Kohler sont aussi fabriqués aux États-Unis et représentent un point de référence en termes de fiabilité pour les motobineuses à essence.
En ce qui concerne les moteurs diesel de marque Kohler, il faut préciser qu’en réalité ils sont produits en Italie par Lombardini (qui fait partie du groupe Kohler depuis quelques années).

  •     Subaru

Les moteurs Subaru (eux aussi produits au Japon) sont une garantie de qualité et de haute technologie ainsi que d’innovation, avec une basse consommation de carburant. Nous pouvons les trouver principalement sur les motobineuses à essence de série medium.

  •     Loncin

Les moteurs Loncin sont, certes, chinois, mais ils sont d’une fiabilité et d’une qualité reconnue. Rien à voir avec les moteurs « vraiment » chinois. Nous pouvons les trouver sur les petites motobineuses à essence, les moyennes et les grandes, avec transmission par courroie ou avec transmission à engrenages.

  •     Lombardini

Nous avons gardé pour la fin les moteurs Lombardini : ce sont les moteurs les plus prestigieux et, bien qu’ils soient aussi les plus anciens, ils jouissent encore aujourd’hui d’une renomée incontestée.
Ils sont sans aucun doute un synonyme de fiabilité et de hautes performances et sont les plus recherchés lorsqu’il s’agit de choisir une motobineuse diesel de niveau professionnel.

Vous êtes à la recherche de la meilleure motobineuse pour des travaux intensifs et vous ne savez pas laquelle choisir ?
Suivez notre conseil : choisissez une motobineuse Diesel, avec moteur Lombardini et transmission à engrenages à bain d’huile… vous ne le regretterez pas !


    11. Motobineuse vs Motoculteur

Pour travailler dans les grands champs, les agriculteurs utilisent des grosses fraises sur tracteur : en revanche en ce qui concerne les surfaces moins étendues comme les potagers, les petits jardins, etc. on utilise – en fonction des besoins – la motobineuse ou le motoculteur.

À première vue, ces deux typologies de machine peuvent sembler assez similaires, à la différence plus évidente que le motoculteur dispose de deux roues (qui en déterminent la traction) tandis que la motobineuse en est dépourvue (cette traction se fait donc directement par les fraises).

En réalité, les différences entre ces deux outils sont multiples : découvrons-les en confrontant les principales caractéristiques de l’un et de l’autre :

Motobineuse

  • Elle réussit à travailler la terre en profondeur.
  • Elle peut travailler sur des terrains très durs et peu entretenus.
  • Les fraises peuvent atteindre une largeur maximum de 100 cm.
  • Elle est adaptée pour les grandes comme pour les petites étendues.
  • Elle effectue presque exclusivement la fonction de binage.
  • Elle travaille dans une seule direction.
  • Elle peut être à batterie, à essence ou à diesel.

Motoculteur

  • Il travaille plus en surface, effectuant une opération d’affinement.
  • Il peut travailler seulement sur des terrains souples et déjà cultivés.
  • Les fraises peuvent atteindre une largeur maximale de 80 cm.
  • Il est principalement conseillé pour les potagers, les cultures spécifiques ou à l’intérieur des rangs.
  • Il peut être multifonction (en remplaçant la fraise avec d’autres accessoires).
  • Il peut être réversible et travailler dans les deux directions.
  • Il est alimenté seulement par essence ou par diesel.

Ce guide a été spécifiquement rédigé pour faciliter le choix de la meilleure motobineuse, en cherchant à orienter l’usager sur la typologie la plus adaptée aux propres exigences.

Si vous vous êtes rendu compte que ce dont vous avez besoin n’est pas une motobineuse mais un motoculteur, nous vous renvoyons au guide d’achat du meilleur motoculteur.

Si en revanche vous voulez connaître plus en détails les différences principales entre motobineuse et motoculteur, nous vous conseillons la lecture de l’article d’approfondissement spécifique.

Comments

  1. Pingback:Motobineuse ou Motoculteur - Les différences | AgriEuro Blog

Leave a Reply

Your email address will not be published.